Biodiversité et environnement

Des variétés plus respectueuses de l’environnement

Aujourd’hui, l’un des défis de l’agriculture européenne est de réduire son impact sur l’environnement et de contribuer à la santé humaine, sans perdre son efficacité et sa compétitivité. La chimie, l’agronomie et la création variétale joueront un rôle important dans cette évolution. Pour répondre à ce défi, Trois Bulbes a décidé de créer, en plus du programme de sélection traditionnel, un programme de sélection zéro fongicide et à fertilisation réduite.

L’ambition de ce projet est de fixer des gènes de rusticité, de tolérance/résistance anx maladies, et d’adaptation à la flore du sol (mycorhizes…) de manière simple et naturelle (sélection récurrente). Contrairement aux approches chimiques ou agronomiques, l’approche création variétale n’a pas l’ambition d’adapter les pratiques culturales aux variétés qui existent, mais de créer des variétés adaptées aux pratiques culturales que l’on veut développer (à condition d’en prendre le temps car la création d’une variété innovante peut impliquer 15 ans de recherche).

​Biodiversité

Du fait de la segmentation des filières agricoles, la biodiversité est organisée de manière très particulière. Aujourd’hui la biodiversité effectivement cultivée est réduite alors que la biodiversité potentiellement cultivable, celle qui est dans les organismes de sélection et les conservatoires, est abondante et organisée. Cette organisation permet aux structures de recherche de trouver le matériel végétal nécessaire pour répondre au mieux à leurs objectifs de sélection.

Grâce à l’originalité de sa filière, Trois Bulbes s’intéresse à des types génétiques très peu développés par les entreprises semencières dans le monde. Certaines typologies traditionnelles à forte rusticité, n’ayant aucun intérêt direct pour la filière du frais (aspect irrégulier, hétérogénéité de la forme, tendance double), peuvent trouver leur place dans notre programme de sélection et démontrent par ce biais leur utilité.

En règle générale, toutes les solutions à nos problèmes se trouvent dans la biodiversité. Cela démontre à quel point elle est indispensable, tout comme est impératif son accès illimité et gratuit que nous proposent les centres internationaux de ressources génétiques. Un droit que nous souhaitons défendre et qui est valable pour tous les organismes de recherche, entreprises, instituts ou même associations d’agriculteurs qui souhaitent faire de la création variétale.

Nous sommes convaincus que la durabilité de l’agriculture, et de manière plus restreinte, que la filière oignon déshydraté, nécessite l’emploi d’une diversité génétique de recherche et d’une diversité variétale importante. Notre objectif aujourd’hui n’est pas seulement de développer la variété la meilleure mais plutôt de proposer aux industriels une palette de variétés performantes de différentes origines. Le rôle des programmes de sélection est primordial pour la sauvegarde et l’amélioration de notre biodiversité cultivable sur le très long terme.

La conservation in vivo du matériel végétal, la sélection réalisée sur les populations de diversité, l’introduction de nouvelles sources génétiques, la sélection récurrente à faible intensité de sélection, constituent un travail indispensable pour notre futur. Nous sommes convaincus que plus les programmes de sélection dans le monde seront nombreux, plus il y aura de progrès génétique global et moins il y aura une uniformisation du matériel de recherche et des variétés cultivées. A l’inverse, plus il y aura de fusions de programmes et de restructurations concernant la création variétale, moins le travail de sélection à long terme sera efficace et moins il sera facile de trouver des solutions variétales naturelles aux problèmes agronomiques. ​

La création de petits programmes de sélection pour remplir des objectifs spécifiques à long terme est donc une très bonne approche à tout point de vue. Afin de favoriser ce type de démarche bénéfique à tous et qui a été la nôtre depuis plus de 20 ans, nous proposons de partager nos connaissances en amélioration des plantes avec les associations ou les start up de création variétale qui en auraient éventuellement besoin.